"À mon seul désir", extraits

Sous les masques, figurant les animaux représentés dans La Dame à la licorne, quatre danseuses retissent sur scène les six panneaux de la tapisserie. Retissent et détissent, puisque Gaëlle Bourges ne se contente pas de convoquer la face connue de cette oeuvre du Moyen Âge. Donnant à son spectacle le titre du sixième tableau, elle condense l'ambivalence caractéristique de l'époque et en dévoile les multiples interprétations qui s'y entrelacent. Par exemple la licorne, être chaste qui ne se laisse approcher que par des êtres purs, toujours postée aux côtés de la jeune dame dans la tapisserie, devrait certifier sa virginité. Pourtant, sa corne est elle-même sujet à controverse ; sans compter, non loin, la présence d'un chien, d'un lion, d'un renard, d'un singe et surtout de trente-cinq lapins, qui répandent, sur fond rouge garance, des valeurs moins pieuses qu'elles n'y paraissent. Sur l'autre face, la vierge qui tend la main vers le coffre à bijoux pourrait être autre que vierge, surtout quand le sixième panneau de la tapisserie s'ouvre sur un large horizon de lapins, justement. Par la précision du geste et la puissance du nombre, A mon seul désir ravive images anciennes et histoire de la pensée.

Sous les masques, figurant les animaux représentés dans La Dame à la licorne, quatre danseuses retissent sur scène les six panneaux de la tapisserie. Retissent et détissent, puisque Gaëlle Bourges ne ... Lire la suite

À propos de...

Détails de la vidéo

  • Langue : français
  • Durée : 3 minutes
  • Lieu : Gymnase du Lycée Saint Joseph
  • Copyright : Festival d'Avignon / La Compagnie des Indes
  • Ajoutée le 14/07/2015
  • Type : Extrait (document vidéo)

Notez cette vidéo

2 vote(s)
 
 
 
 

Soyez le premier à proposer votre commentaire !

Donnez votre avis

Merci de rester courtois dans vos commentaires !